J’ai finalement trouvé un stage (sans devoir pousser de cadis ni porter de colis, tout va bien, je suis heureuse). Du coup, un peu nostalgique je me suis rendue en pèlerinage sur le lieu de mon ancien stage où j’étais l’année dernière.

J’ai croisé une de mes anciennes collègues qui m’a tout de suite avertie : « Tu verras, la nouvelle promo de stagiaires, c’est que des mecs canons ! »

Curieuse, je me suis donc approchée de leur département, bien décidée à passer la tête haute devant eux l’air de dire « Euh, j’étais là avant vous les mecs ok ? ».

Une vraie peste.

Quand soudain, au moment où je passais derrière une rangée de bibliothèques qui me séparait des nouveaux spécimens : BOUM.

J’ai eu l’impression d’être tombée dans un trou et ai commencé à basculer dangereusement vers l’arrière. Le sol s’était-il dérobé sous mes pieds ? Hahaha non pire.

En jetant un rapide coup d’oeil par-dessus mon épaule j’ai aperçu la roue arrière de mon fauteuil couchée sur le sol deux mètres derrière. J’avais perdu ma roue. Evidemment, en dix ans de bons et loyaux services, elle avait décidé de me faire ça maintenant.

course copie

Tel un chien traînant la patte, je me suis avancée en manquant d’arracher la moquette, (oui, c’était pathétique) pour interpeller un stagiaire, tant bien que mal, la tête finalement bien basse. « Euh excuse-moi, j’ai perdu ma roue ».

Il a bien ri.

Karma’s a bitch. 

Je profite de cet article pour remercier tous les fans de Wheelcome sur Facebook (maintenant plus de 1 000 !),

et vous tous qui suivez le blog ! 

1000Merci ♥