Pourquoi la France ne sera jamais accessible

Je ne sais pas si vous avez suivi, mais en gros, il y a une loi qui dit que tous les lieux recevant du public doivent être accessibles d’ici 2015.

Personnellement, je ne m’étais pas vraiment intéressée à la question jusqu’alors, car j’ai l’impression d’entendre ça depuis que je suis née, et que la date ne cesse d’être repoussée. On finit par ne plus vraiment y croire, et la vie continue.

Mais l’autre jour, j’étais dans la rue, et je me suis dit « tiens, je vais compter le nombre de commerces avec une marche à l’entrée dans lesquels je ne peux pas rentrer ».

9/10.

Ah ouais, quand même.

Je retente dans une autre rue, idem, 9 commerces sur 10 m’étaient physiquement inaccessibles. Même si je savais que mes options étaient limitées, j’ai été un peu surprise, ça faisait quand même beaucoup.

Et là, je me suis dit : MEGA BONNE IDEE et si j’allais vendre des rampes en porte-à-porte, les mecs ils pourraient pas refuser, et ça rendrait tout Paris accessible !

(oui j’ai sérieusement envisagé de faire du porte-à-porte pour vendre des plaques d’aluminium alors que je suis en fauteuil, mais j’y croyais, je suis une idéaliste),

vendeur de rampes

En soit c’est pas compliqué, il suffirait que tout le monde se munisse d’une planche, d’une plaque, n’importe quoi qui ferait office de rampe, et ça rendrait déjà la vie beaucoup plus belle pour des milliers de gens.

Mais ça, c’était avant de me rendre compte que même si j’allais moi-même offrir des rampes gratos à tous les commerçants de France et que je les installais moi-même avec mes petits bras, la France ne serait JAMAIS accessible.

Pourquoi ? Parce que du coup, j’ai lu les textes de lois sur les normes d’accessibilité.

ET C’EST UNE GROSSE BLAGUE.

Ca pourrait être simple, un problème : une solution. Mais non. Les mecs ont pondu des textes hallucinants, histoire de faire tellement de noeuds, et d’imposer tellement de contraintes, que le projet est voué à l’échec total.

Je vous explique.

Figurez-vous que pour avoir « le droit » de poser une rampe mobile (qui est quand même de loin la solution la plus facile, rapide et économique), il faut avoir démontré à la mairie par un dossier archi-détaillé que c’était absolument impossible de faire des travaux, en mode péter son seuil et son carrelage, et claquer un max de pognon.

Alors ok, je comprends, c’est sur que ça serait idéal de vivre dans un monde où tout le monde ferait des travaux à gogo, et où on envisagerait l’accessibilité de manière durable (une rampe qu’on met et qu’on enlève, c’est moins démocratique sur le long-terme, mais ça à au moins le mérite d’exister non ? Bah non !). Mais le problème, c’est qu’on est pas dans un monde idéal les mecs, et quand je sais que 9 boutiques sur 10 sont inaccessibles, je peux vous assurer que j’en ai rien à foutre que la rampe soit mobile ou non, du moment que je peux rentrer dans la boutique !

Sérieux, mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

J’imagine la réunion pour écrire le projet de loi…

réunion access 1

 

réunion access 2

réunion access 3

MAIS LA PLUS GROSSE BLAGUE, et là je vous jure, c’est pépite 3000, et c’est écrit noir sur blanc : si on donne l’autorisation de mettre une rampe mobile, IL FAUT QU’UN MEC DANS LA BOUTIQUE AIT ETE FORME A LA MANIPULATION D’UNE RAMPE !

Hahahahahahahaha !

Mais c’est magique ! Vous vous rendez compte ? Ca veut dire que potentiellement, il y a des formations pour poser une rampe !?

formation rampe

Je me demande vraiment comment on peut penser que la société va aller de l’avant avec des idées pareilles.

Je crois que si j’étais commerçante, je lâcherai l’affaire, ça me déprimerait.

Alors je voudrais demander pardon, pardon à tous les commerçants qui doivent nous haïr à l’idée de faire des travaux galères, mais je vous jure, c’est pas de notre faute. Moi je suis prête à vous offrir des planches gratos et à devenir vendeuse ambulante. Mais même ça, ça serait trop simple.

27 Des réflexions sur “Pourquoi la France ne sera jamais accessible

  1. J’ai un cabinet médical et les handicapés de toute sorte arrivent actuellement au cabinet.
    Mais les conditions des normes 2015 ne sont pas entièrement remplies.
    Il sera donc fermé administrativement.
    Donc sera inaccessible aux handicapés.
    Et aux autres.

  2. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ! Nos politiciens adorent pondre des lois farfelus et impossible à mettre en pratique ! Effectivement, la date recule à chaque fois … Je pense que malheureusement tout ne peut pas être accessible mais donnons-nous au moins les moyens d’y arriver !

  3. Oui je confirme. Ça fait un an que je me penche sur le sujet pour ma clinique veterinaire. J’ai le dossier, et jusque là j’ai réussi a comprendre les cases « nom » « numéro siret de l’entreprise ». J’ai toujours trouvé personne pour m’expliquer a la mairie quelles pièces je devais fournir, et les devis que j’ai fait faire son hallucinants, sachant que en plus si je veux que la rampe d’accès soit aux normes de pente, il faut que je la démarre de l’autre côté de la rue. Bref, je ne sais pas comment on va faire, l’administration française est merveilleuse :D

  4. Très bon article qui résume bien la situation ubuesque dans laquelle nous sommes. La suite de mes propos risquent d’en choquer certains et je présente toutes mes confuses à ceux (celles) qui le seraient. Mais, concrètement, le législateur, les handicapés, il s’en fout comme de l’an 40.

    Le but de ces lois à la con n’est pas de permettre aux handicapés d’accéder aux magasins mais bien de créer artificiellement de l’emploi.

    Exemple de la rampe d’accès : le dossier étant méga complexe et les commerçants ayant autre chose à foutre (excusez mes propos), ils vont faire appel à un architecte (1 emploi) et à une entreprise spécialisée dans le diagnostic qui liste l’ensemble des travaux à réaliser (ça ne se limite pas à la rampe, ça serait trop simple). Une fois le dossier accepté, il faudra faire appel à une (voire plusieurs) entreprise(s) du bâtiment pour les travaux (1 secrétaire, 1 directeur de travaux, 2 ouvriers au minimum). Puis, comme il faut pouvoir certifier que les travaux sont aux normes, on fera appel à l’inspecteur des travaux finis (pardon l’entreprise de certification, métier créé de toutes pièces et qui ne sert strictement à rien sauf à pomper du fric). Et on appellera également un organisme de formation afin d’aider les usagers à utiliser la rampe. Puis, il faudra régulièrement s’assurer que la rampe est entretenue et toujours conforme aux normes (qui change tous les 6 mois, comme avec les installations électriques, mais c’est un autre débat… quoi que…).
    Au final, on aura créé artificiellement une dizaine d’emplois sans trop se casser le cul.
    Là où le législateur a péché, c’est sur le financement. Et oui, ce sera au commerçant de s’avaler la pilule (sans eau bien sûr, on en manque. Ou un suppôt pour les plus réticents sans vaseline bien sûr).

    Et ceci est valable partout, dès que l’entreprise est susceptible d’accueillir du public. Un autre exemple dans la même veine : mon frère possède un camping, 2 étoiles, modeste et familial. Il a déjà accueilli des handicapés qui n’ont jamais tari d’éloge sur leurs séjours. Arrivent ces lois à la con et la mise aux normes obligatoires. Il fait donc appel à un « expert » (pas ceux de Miami, plutôt ceux de mésydontonboulà) : Je vous laisse imaginer l’estimation des travaux à réaliser :
    – accueil tout neuf à refaire complètement car le revêtement utilisé n’est pas aux normes antibruit,
    - accès aux sanitaires pas assez large (c’est un bâtiment récent également (- de 5 ans) dans lequel des handicapés moteurs se sont déjà douchés ou ont utilisé les toilettes sans problème),
    - je passe tous les « petits » détails qui serait trop long de lister ici mais je vous ai gardé le meilleur pour la fin : afin que les aveugles puissent retrouver leur chemin, il est obligatoire de créer une rigole le long de toutes les voiries (je rappelle que c’est un camping, pas haut de gamme, familial) pour que le non-voyant puisse mettre sa canne dedans. L’expert ne précise pas comment fera l’aveugle une fois dans l’herbe pour retrouver la rigole. C’est sur que toutes les villes sont équipées d’un tel dispositif.
    Bref, pour financer les travaux, personnes ne lui dit comment faire par contre : licencier ? Ou mettre la clé sous la porte ? Ou ne rien faire ? (je vous laisse cocher la réponse de vous même).

    Tout ça pour dire que oui, la France ne sera jamais accessible.

  5. Pingback: Pourquoi la France ne sera jamais accessible | Carnet de notes

  6. Bonjour, j’ai découvert ton blog il y a peu de temps, au détour d’un mystérieux détour d’Internet. J’adore ce que tu écris et ta façon de voir la vie. Je suis malade, et j’ai beaucoup de problèmes pour marcher (mais je peux quand même marcher un peu, au moins chez moi, le temps de monter une marche ou un seuil, et voir quelques dizaines de mètres avec une canne). Une amie m’a offert un siège roulant provenant d’un déstockage pour que je puisse enfin être un peu plus autonome. J’en avais déjà fait l’expérience pendant 2 mois suite à une opération donc je n’ai pas été surprise par les problèmes que cela occasionne. Pour moi c’est enfin une façon de bouger plus qu’avant. Et j’avoue d’avoir des fois de nombreux fous rires devant la tête des gens. Car oui comme je peux marcher un petit peu, je peux donc me lever de mon siège, le pousser quand il y a une marche dur à passer (en gros m’auto faciliter la vie). Et quand je le sors de la voiture pour m’asseoir dedans c’est pas mieux. Les gens par contre ont beaucoup de mal à comprendre. Dans leur tête soit on est paraplégique et en fauteuil soit on est bien portant, mais il n’y a pas de milieu.
    Maintenant que j’ai à nouveau le fauteuil j’ai un nouvel objectif : faire comprendre à mes potes que je ne suis pas un chariot de courses (et pas pour les courses de vitesse mais plus version sac à patates !) ;) Bonne continuation :

  7. et si finalement, on arrêtait de sortir des lois, textes, décrets et normes, tous totalement inapplicables à une réalité trop diverse. D’ailleurs, je propose de voter une loi interdisant de voter de nouvelles lois, et du coup, la supression du sénat et la division des effectifs de l’assemblée par 3, et puis l’interdiction de donner à une loi le nom de l’oisif qui l’a imaginée…
    Sinon, une petite réunion entre les commerçants et les asociations de handicapés, ça serait pas bien ça ? Ils sont si inhumains que ça nos amis du commerce ? Et puis ceux qui ne veulent pas discuter, yapa moyen de les éviter quand on gfait son shopping ? Il ne peuvent pas se regouper à plusieurs boutiques pour créer un accès commun ? etc.
    En tout cas, très belle lecture qui m’a bien fait rire. Dis-moi si tu veux un(deux) porteur(s) à Paris. On évitera l’avenue Montaigne, inaccessible…

  8. Suggestion: vérifie que cette situation moisie n’ait pas été crée par un lobby de personnes handicapées justement. Ça sent vraiment le « ah non, on veut des vrais accès, pas un petit bidouillage devant les seuils! »

  9. Ta façon de t’exprimer m’a fait beaucoup rire. Bonus spécial pour les illustrations ! Si j’étais poète, un poète urbain, je dirais que ton humour est une rampe d’accessibilité. Eh ouais. Rien de moins ! J’irai même jusqu’à faire une phrase. « Le rire est la planche d’aluminium qui mène le fauteuil roulant de l’ignorance vers la boutique de la compréhension. » Je mets ton blog en favoris, j’repasserai.

  10. Ah ! Le bon vieux projet d’accessibilité… Sérieux les mecs, quand on veut, ON PEUT !!! L’année dernière, j’ai suivi une formation sur le sport adapté/handisport pour mon club de tir. Il existe des solutions simples, efficaces et concrètes pour permettre aux personnes en situation de handicap (et aux poussettes !) d’accéder aux bâtiments. Ce qui ne suit pas, c’est la VOLONTÉ de changer les choses ! Les municipalités font le minimum syndical et pour un peu que l’on tombe sur un sombre crétin qui fait du zèle, c’est infernal. Alors si en plus on a un chien d’assistance ; là, c’est carrément Apocalypse Now…

    Je rêve qu’un jour, nos chers dirigeants se retrouvent dans notre situation. Je suis sûr que là, on verrait du changement…

    À bientôt !

  11. En tant que maître d’oeuvre dans le bâtiment je ne peux qu’approuver : l’imbroglio juridique et administratif se heurte à l’analyse de l’existant : bien souvent les trottoirs eux-même ne sont pas aux normes. Mais une fois que le chantier est fini, qui va appeler les entreprises pour défaire et refaire les travaux selon la législation ?
    Ensuite, les normes d’accessibilité se heurtent au manque de respect des usagers : on ne compte plus le nombre de valides qui squattent les places de parking réservées aux handicapées, mais un exemple plus commun est le trottoir rendu inaccessible aux simples piétons par les voitures qui se garent dessus.
    Le jour où le citoyen français lambda aura compris ça, et respectera un peu plus son prochain, peut-être que le débat pourra avancer…

  12. Et vous avez raison. C’est malheureusement brillamment démontré.

    Maintenant si je me mets dans la tête du législateur, je comprends qu’il aimerait qu’on évite d’empiéter sur l’espace public sans raisons. Une rampe qui reste à demeure ça peut empêcher les fauteuils comme les poussettes de passer, voire faire chuter les passants. Ça serait con de créer plus de handicapés ou de les empêcher de prendre un trottoir qui leur était accessible la veille.

    Même chose, je vois très bien le commerçant qui a pris une plaque de bois pour se mettre en conformité mais qui n’a pas réfléchi au poids des fauteuils ou à la stabilisation de la rampe au point qu’elle se casse la gueule en abîmant ou renversant le fauteuil dessus. Si c’est celui qui vend la rampe qui donne la « formation » via une heure de discussion et exemple pratique sur le sujet, c’est certainement superflu la plupart du temps mais pas inimaginable non plus.

    Le problème vous le dites très bien, c’est qu’au final ça devient des obstacle qui semblent tellement forts que personne ne fait rien, qu’on décale l’exécution de la loi d’année en année, et que ça met dos à dos commerçants et handicapés – ce qui est le pire de tout.

    Solution ? je n’ai pas vraiment. Peut être qu’à défaut de remplir un dossier archi détaillé il suffirait de déposer une motivation simple en mairie, puis d’agir si la mairie ne contredit pas dans les deux mois (trottoir trop court, magasin facilement aménageable, etc.).

    Peut être qu’au lieu de formation on peut tout simplement imposer au vendeur de la rampe de donner les explications nécessaires avec un exemple pratique, tout en engageant sa responsabilité si ça n’a pas été le cas (ben oui, sinon ça va se résumer à « coche ici comme quoi je t’ai fait une explication, mais on ne la fait pas comme ça on gagne tous les deux du temps »).

    Mais je me doute que si notre administration a tendance à la sur-complexification, il y a peut être aussi de bonnes raisons à tout ça. Je l’espère.

    • Je pense surtout que cela manque de pragmatisme.

      C’est aussi très facile pour les législateurs de faire payer les petits commerçants ces travaux. Ben oui, les euros débordent de nos poches ! 10000 € de travaux pour réaliser des toilettes aux normes. Ben, il faut que j’en vende des cafés pour rentabiliser. Parmi mes 10 clients du matin dans mon village, il y a un handicapé. Il me répond : pourquoi tu t’embêtes, j’irai aux toilettes chez moi !

      J’ai dû empiéter sur l’espace de vente. les clients se plaignent car il manque de place. Mon chiffre d’affaire baisse. Et mes toilettes de luxe ne me rapportent rien !

      Absurde mais c’est la loi.

  13. ton idée d’une action volontariste est bien, je me verrai bien faire ca un samedi aprem, en petites equipe, avec plaques en alu et ciment sous le bras. Des fois, pour faire avancer les poitiques publiques, le fait accompli c’est pas mal.

  14. c’est complètement incompréhensible ce truc… Je ne vois qu’une solution : Que les utilisateurs de fauteuil roulant se trimbalent avec leur rampe portative, et qu’ils la manipule eux même pour rentrer dans les commerces.
    Mais oui, quelle bonne idée, c’est sûr que c’est déja tellement facile de se déplacer, un qu’un fauteuil roulant est déja tellement maniable en ville, qu’on va forcément ajouter ce genre d’accessoires encombrants, pour être sûr que ces chers bipèdes valides puissent continuer à marcher sans regarder où ils mettent les pieds pour ne pas risquer de tomber ^^

    (C’est un peu cynique mais je ne vois pas comment réagir autrement à ce genre d’hypocrisie…)

  15. Hello, je suis ton blog depuis un peu plus d’une année et je ne rate pas un seul de tes articles.
    Je suis valide et aucune personne à mobilité réduite dans mon entourage, donc a priori aucune raison pour que je suive ton blog… Ben si ! Le ton rédactionnel que tu utilises est vraiment plaisant et fédérateur. Tu attires avec ton humour et tu arrives ensuite à faire passer ton message et c’est bien le plus important.
    L’idée de te voir un de ces quatre dans un ministère me plait bien ! Une nana fraîche qui a l’esprit pratique et le verbe facile ! Il faudrait vraiment que tu y penses ;-)

  16. Merci pour ces explications : en centre de rééduc’ et avec des limites côté internet, ce n’est pas toujours facile de suivre et de prendre le temps de comprendre. Après j’avoue aussi que si je ne cherchais pas c’est que je ne m’attendais à rien : les politiciens inefficaces à force, on a l’habitude… C’est qu’aucun n’est handicapé, ils sont ignorants en ce qui nous concerne…

  17. Bonjour Miss !

    Juste pour aller dans ton sens, et te remercier d’avoir l’empathie nécessaire pour te mettre à la place des commerçants, qui parfois ne peuvent rien faire !

    Je suis pharmacienne, et travaille dans une pharmacie de Paris.
    Au moment de faire de gros travaux, nous avons voulu faire un plan incliné pour rendre accecible notre pharmacie (un minimum quand même !).
    Et bien, figures toi que cela a été refusé par les batiments de France car cela défigurerait l’immeuble (oui oui)…
    Quand a la rampe extérieure, elle a été jugée trop dangereuse par les valides qui marchent sur le trottoir et qui pourraient buter devant….
    Et une mini rampe, c’est trop pentu donc interdit…

    Tout ça pour dire, que même en étant plein de bonne volonté, des fois on y arrive pas

    Alors merci de ta compréhension !

    • Ils ont bon dos avec leur rampe extérieur dangereuse ! Les bandes pododactiles sont aussi dangereuses pour les personnes qui ont des difficultés de marche. Ma mère avait une sclérose en plaque c’était un vrai danger pour elle. Je pense que c’est tout aussi dangereux pour les personnes agées qui marchent avec un canne.
      Dans ce contexte, un marche c’est tout aussi dangereux !

  18. « Qui veeeeeeut d’maaaaa plaaaaanche ? » ^^ … Bah oui mais en fait non. Trop simple en effet. Dans ma ville, des commerçants m’ont expliqué qu’ils n’avaient pas le droit de poser une rampe car la mairie avait décrété que ce serait trop dangereux pour les valides, si une rampe dépassait d’un magasin sur le trottoir… De plus, toujours dans ma super ville, il y a des lois d’urbanisation obscures, genre « patrimoine historique », où l’architecture ne rigole pas, du coup, « QUOI ? UNE RAMPE DANS NOTRE BLED HSTORIQUE ?! »… Ah oui, en effet, je n’avais pas vu ça comme ça.

  19. c’est une question que je ne m’étais jamais ou rarement posée jusqu’à ce que je sois enceinte et que je me déplace dans Paris avec une poussette… c’est là qu’on se rend compte à quel point tout est totalement inadapté…

  20. Quelle superbe analyse!!!! tu es vraiment troooop forte!
    envoie ton texte au ministère, ça les fera peut être réfléchir, rêvons rêvons…
    bon week-end à toi :-)

  21. Bonjour,

    Super cet article, cela fait des mois que je cherche à parler de l’inaccessibilité de mon magasin aux personnes à mobilité réduite.
    Ma boutique a plus de 100 ans, la seule façon de pouvoir la rendre accessible et effectivement une plaque en métal ou en bois à poser devant le magasin ! Fastoche et bien NON c’est impossible de le faire , nous sommes dans une rue où les trottoirs sont tellement étroits qu’il est impossible pour un fauteuil roulant de passer presque donc la rampe on n’y pense même pas, elle arriverait sur la route !
    Du coup, j’aide les gens à mobilité réduite pour rentrer ou sortir, à moi ça ne pose pas de problème mais quand on souhaite être autonome sans est un.

  22. C’est bizarre dans ma ville le Mango a une belle rampe en bois depuis toujours il me semble. Et comme l’entrée est large ils la laissent tout le temps, on a donc le choix entre monter trois marches ou passer sur la rampe. J’ai vu des valides s’y aventurer les oufs !
    Alors la prochaine fois que j’y vais j’essayerai de repérer quel vendeur ou vendeuse a une tête de manipulateur de rampe…

  23. Je suis d’accord…. Pourquoi faire simple…. On marche vraiment sur la tête dans ce pays (si je peux me permettre!!!!!……………………….) COURAGE!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>