Il y a quelques jours, je suis revenue d’un petit séjour au Québec.

Beaucoup d’étudiants autour de moi sont partis vivre là-bas pour leurs études, et je dois reconnaître que je ne comprenais pas vraiment cet engouement massif. Genre ok le Canada, ça a l’air sympa, mais y’a que des arbres et des gens avec des chemises à carreaux non ?

 

vignettebucheron

 

Et bien une fois sur place, j’ai vraiment compris pourquoi tout le monde aimait autant. Ca va être dur à expliquer, je ne sais pas trop pourquoi ni comment, mais c’est vraiment hyper chouette.

A première vue, on ne peut pas dire que Montréal soit une ville vraiment « belle », du moins pas comme les villes européennes. Alors au début, on est parisien, on fait la moue « ouais… bof…. pas ouf », et on sort se promener, et là on se rend compte de plusieurs choses :

– déjà soyons clairs, à Montréal, il n’y a QUE des universités. donc il n’y a QUE des jeunes. donc QUE des bars et des restos trop cool !

– j’ai eu la chance d’avoir la météo avec moi, 25°C tous les jours (WTF, je croyais qu’on caillait au Canada ?! je n’avais pris que des doudounes et des gros pulls ! ), c’était carrément l’été (surtout comparé à chez nous…) donc les gens vivent dehors, les terrasses sont bondées, « on joue du tam-tam sur le mont-royal ». Bref, c’est la fête.

– les Québécois sont vraiment super sympas (d’ailleurs j’ai appris que j’avais plein de lecteurs canadiens, MERCI !). Ils ont la capacité incroyable de vouloir vous faciliter la vie. Ok, parfois, on a des petits problèmes de communication…  Ainsi, ne vous étonnez pas si en entrant dans un resto à 14h pour « déjeuner », on vous répond « Ah non désolée, à cette heure ci-vous pourrez seulement dîner ! ». Wooo elles sont vachement courtes vos journées ! Heureusement, pour palier à ce problème de linguistique, j’ai trouvé la solution : manger des bagels toute la journée ! (d’ailleurs, j’en profite pour vous présenter mon nouvel ami moustachu !)

bagel man

Niveau accessibilité, malheureusement, je crois que c’est assez difficile quand on est en fauteuil. A cause de la neige en hiver, tout est surélevé, et il y a quatre marches quasiment à chaque porte. Et le métro n’est pas équipé non plus, sauf que vu le froid,  personnellement, je ne m’aventurerai pas à traverser la ville comme je le fais à Paris. Mais quelque chose m’a frappée : c’est la bonne volonté manifeste qu’ils ont mise à essayer d’améliorer l’accès. J’avais vraiment l’impression que même si la nature jouait contre eux, ils faisaient des efforts pour mettre des portes automatiques spéciales fauteuil partout. C’est assez encourageant !

 

Puis j’ai quitté Montréal pour une immersion en pleine nature, la vraie, la nature majestueuse, avec des arbres et des castors partout. Ca déboîte. On a même poussé le vice jusqu’à faire un petit tour d’hydravion !(j’ai découvert que non, ça n’existe pas que dans Tintin et l’Etoile Mystérieuse).   Bon, pour être honnête, le plus cool dans l’hydravion, c’est de se dire qu’on en a fait, parce qu’en soit, c’est pas INCROYABLE. Mais ça vaut le détour.

lac canadien

 

En rentrant à Paris, je pouvais affirmer comme l’ami Robert Charlebois, que moi aussi, je reviendrai à Montréal. Pour de vrai.