C2C à l’Olympia

Hier soir, j’étais au concert de C2C à l’Olympia. En un mot ? AMAZING.

La salle était bondée – avec une concentration élevée de BG au mètre carré, et de nanas qui se la pètent sec. A ma grande surprise, j’ai croisé une mamie (mais pas une mamie trash, genre une vraie mamie BCBG), perdue parmi cette foule de hipsters, qui retournait à sa place avec son verre de bière, et j’ai trouvé ça assez drôle.

L’Olympia a prévu un espace réservé aux fauteuils roulants plutôt bien situé (balcon entier derrière la régie, avec vu en plongée pile au-dessus de la scène), et il n’y a jamais personne donc l’espace était entièrement réservé pour mes amis et moi.

Je n’achète jamais les places spéciales fauteuil roulant, car je trouve que c’est une énorme arnaque. Les salles de concert demandent généralement d’appeler un numéro spécial (hors de prix avec des horaires d’ouverture pire que la sécu étudiante) pour réserver un emplacement au tarif le plus cher. C’est compliqué, chiant, et injuste de payer plein pot. Donc si vous êtes dans mon cas, faites comme moi et prenez les places les moins chères sur Internet (souvent en fosse). Une fois sur place, faites des yeux de bébé chat en disant au vigile que « olalala je ne savais pas ! »  ou « c’est un cadeau, la personne qui me les a offertes ne savait pas » (ça marche aussi). Vu qu’ils n’ont pas le droit de vous mettre dans la fosse pour des raisons de sécurité, vous vous trouverez à la meilleure place, avec la personne qui vous accompagne, et vous serez épargné bien des complications. J’ai essayé cette technique dans quasiment toutes les salles de Paris, ça marche à chaque fois, et au pire le vigile fait des gros yeux en disant « C’est vraiment pour cette fois hein ! » et recommencera sans problème la fois d’après.

Revenons-en à nos Djs, la salle était pleine, et le show bouillant. C’est un des rares concerts où je me suis dit « putain, ces mecs ont du talent ». Ils mixaient sans prétention, pleins d’énergie, et avaient l’air de se faire bien plaisir. La setlist était peut-être un peu trop rodée, laissant peu de place à l’impro, mais le quatuor nous a quand même offert 1h30 de super son, avec jeux de lumières plutôt sympas.

En prime, le clip de Arcardes, que je trouve bien à l’image du show d’hier.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=YwmbbcMHiQ0?feature=player_detailpage]

4 thoughts on “C2C à l’Olympia

  1. Bonjour, c’est vrai que les places de spectacles sont souvent (très) mal placées, mais je ne parlerai pas vraiment d’arnaques car dans certaines salles le tarif est réduit et idem pour l’accompagnateur, l’Olympia est effectivement une bonne exception. Par contre l’emplacement n’a pas vraiment été défini à la base et on se retrouve souvent en angle ou au fond (Palais des Sports, Mogador ou Pleyel), mais il faut aussi tenir compte de l’âge de certaines salles construites à une époque où la personne dite « handicapée » était sensée rester bien sagement sur sa chaise, chez elle de préférence, et où elle se considérait (on l’a bien aidée en ce sens) comme une intruse parmi ceux qui se disaient « valides ». L’emplacement dans une salle est aussi définie pour nous « pauvres mortels à roulettes » par les règles de sécurité. Inutile de vous dire qu’en cas de réel incendie, la panique est plus forte que le respect, en plus, d’une personne qui encombre avec son fauteuil. L’emplacement est donc souvent situé plus près des sorties. Mais en général, on construit maintenant des bâtiments publics ou privés et ensuite on pense à caser les personnes qui posent problèmes, ces fameux PMR que je qualifierai plutôt (de façon sarcastique) de personnes à mobilité détruite. Pour preuve les cinémas MK2 où les emplacements dans 90% des salles sont au premier rang, voire devant le premier rang avec l’écran à 2 mètres, les images en pleine tronche et le son à fond de décibels dans nos pauvres écoutilles. La direction de l’exploitation (elle porte bien son nom celle-là) m’a précisé qu’il y avait des contraintes architecturales (sic) obligeant à nous mettre (pardon, mais c’est le mot) au premier rang. Quand on voit la place perdue, l’exiguïté des ascenseurs au MK2 Mitterand, puisque c’est là où je vais, il y a de quoi hurler. Sans parler de l’absence de tarif réduit alors que je ne prends la place de personne (lol, surtout au premier rang, on ne se bat pas) puisque je viens avec la mienne c’est cool. « Demandez au personnel de la salle, il vous aidra à mieux vous placer », ou « venez en matinée, c’est moins cher » m’a-t-on précisé. Eh bien, non ! Ce que je souhaite c’est être placé où bon me semble, avec mes amis qui n’iront pas au premier rang et à l’heure que je veux car dans la journée je travailles ! (lol, ça aussi ça surprend). Et idem pour le nouveau Gaumont (les Fauvettes, ex-Gaumont Gobelins) dont une salle sur cinq vous place au premier rang mais où la conception des toilettes rend impossible seule l’accès à une personne en fauteuil électrique.
    Bref, il y a de quoi dire et de quoi faire, à commencer par une refonte complète des normes d’accessibilité pour les personnes touchées mais SURTOUT que ces normes soient validées par les personnes en situation réel de handicap et non pas pas des « valides » qui tentent de se mettre à leur place. Je suis moi-même en position « bien assise » sur un bolide électrique (là aussi ol y a de quoi dire) et j’ai tendance à penser que les invalides invalident ce que les valides valident. A méditer ! Désolé, c’est long mais ça fait du bien, et il y en a encore en réserve.

  2. C’est vrai que ces places réservées dans les salles de spectacle, c’est vraiment une grosse arnaque. Je parlerai de ta technique à mon pote.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *